Mont Mézenc (1753m) par le versant nord – à raquettes Sortie du 28 février 2015

Sortie réalisée le 28 février 2015.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Le versant nord avec des raquettes.

Conditions météo

Couvert, puis éclaircies avec des passages de brouillard, puis soleil voilé.
Vent du nord sensible.

Récit de la sortie

Relatif beau temps de prévu un lendemain de neige, la nature devrait être belle dans son manteau blanc.

Jusqu’aux Estables, en passant par l’itinéraire, plus long, du Monastier-sur-Gazeille, les routes sont bien praticables, hormis quelques plaques de neiges avant le plus haut village du massif Central.

Des Estables à la Croix de Boutières, il à moins de 3 Km. Mais que ce fut difficile !
L’épisode neigeux a été précédé de pluie. Les chasse-neiges et le vent ont enlevé la neige, reste une pellicule de glace sur laquelle les pneus neige ont du mal à adhérer.

Le parking, atteint tant bien que mal, est presque désert et l’itinéraire n’est pas tracé.

Quelle surprise de voir au milieu de la forêt, sur un chemin déjà difficile pour un VTT, une voiture de tourisme ensevelie sous la neige.
Qu’est-il venu faire ici sur ce chemin défoncé ? Certainement pas un exploitant forestier, ils ne sont pas stupides !

Après avoir tracé jusqu’à la D 410, je la longe par la neige sur un peu plus de 500 mètres, jusqu’au départ de la combe qui mène au pied du versant nord du mont Mézenc.

Un 4x4 est garé et la trace est faite.
Un skieur est passé sans râler après son épouse qui l’a suivi avec des raquettes, abîmant la trace pour les autres skieurs. (Si, si, certains râlent !)

La remontée de la combe est plus facile avec la trace. Sous le versant Nord, après le petit passage boisé, je rencontre le skieur et son épouse qui redescendent.

Je gagne la crête entre l’antécime Est et le sommet Nord dans une pente plus raide entre éclaircies et passages de brouillard.

Sur le plateau inférieur, le vent du Nord, glacial, est sensible.

Je gagne directement le sommet Est au milieu des pénitent de neige qui abritent chacun un arbre.

Le brouillard a envahi le sommet. Je redescend un peu en versant Sud, sous la crête, pour faire ma pause casse-croûte à l’abri du vent.
L’abri est relatif. Le Soleil qui filtre à travers le brouillard est sans chaleur et je commence à me refroidir.
D’abord les doigts, manger avec les gants n’est pas pratique, puis les pieds, puis tout.
Quarante minutes plus tard, quand le Soleil réapparaît, je suis presque gelé. Il valait la peine d’attendre.
Le froid, le vent, les pénitents, les sastugri balayés de cristaux de neige, c’est tout une ambiance.

Petite visite au sommet Sud et au sommet Nord et c’est la redescente en versant Ouest sous un voile nuageux d’altitude et le traversée de la forêt du Mézenc qui croule sous la neige.

Ascension déjà réalisée, avec Fabien, il y a un an presque jour pour jour.
Beaucoup plus de neige cette année et conditions météorologique plus âpres.
Ce qui fait qu’une même ascension peut paraître complètement différente.

Dernière modification : 1er mars 2015