Dôme de Neige des Écrins (4015m) Sortie du 26 juin 2017

Sortie réalisée le 26 juin 2017.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Un 4000 aux allures de randonnée mais ô combien exigeant dans un environnement très hostile.

Conditions météo

Grand beau mais malheureusement trop chaud.

Récit de la sortie

Introduction

Comment parler des Écrins sans parler du Dôme et de la Barre ?
Il était évident pour nous de commencer par monter là-haut avant d’enchaîner d’autres sommets des Écrins.

Sortie des 25 et 26 juin 2017

  • Jour 1 : L’approche

7h30 le 25 juin, au Camping d’Ailefroide, nous retrouvons la "Team Écrins 2017" composée de Lucas, Serge, Nathalie, Fred et bien sûr moi (Raphaël), 5 personnes prêtes à en découdre avec le Dôme. Une petite exception pour Lucas qui est déjà monté plusieurs fois là-haut et qui nous servira de guide, enfin surtout pour Nath et Serge qui ne font pas souvent d’alpinisme.

On décide de prendre un bon petit déjeuner au refuge du Pré de Madame Carle (refuge Cézanne) et de faire un bon débriefing des sacs avant le grand départ.

Il est 10h quand nous partons enfin direction le refuge des Écrins.

La montée se fait paisiblement mais sous une chaleur atroce.

12h30 nous atteignons le refuge du Glacier Blanc où beaucoup de monde est présent dont beaucoup d’alpinistes descendant du Dôme.

Nous décidons de nous restaurer un petit peu avant de reprendre la route.

13h30 il faut bien repartir un jour, on se motive puis prenons un rythme tranquille.

Lucas a repéré un endroit sympa au pied du glacier pour faire des manips de corde, s’entraîner à faire des mouflages et au cramponnage sur glace.

L’endroit est facilement atteint et c’est un bon terrain de jeu pour l’entraînement...

17h00 il commence à se faire tard et le repas est prévu à 19h00, on quitte vite le pied du glacier pour le remonter

Finalement on arrive juste à temps au refuge : les gens dormant au refuge sont déjà en train de manger au chaud. On s’enlève les chaussures vite fait puis nous nous installons à notre table.

Malheureusement, Nathalie ne se sent pas de monter là-haut le lendemain mais ça lui suffit, c’est quand même un cadre exceptionnel, même juste le refuge.

Le repas est terriblement bon, les gardiens assez accueillants, très bon refuge avec une bonne ambiance.

Les chambres sont très confortables, on se croirait presque dans un hôtel.

20h30 nous allons nous coucher, le lever est prévu à 3h00 du matin.

  • Jour 2 : L’ascension du Dôme

Comme prévu, lever à 3h00 du matin puis départ à 3h45.

Nous formons 2 cordées logiques pour l’ascension : Moi avec Fred et Lucas avec Serge.

La traversée du glacier est un peu longue, heureusement que c’est en pleine nuit...

À 5h30 environ nous atteignons le pied de la face nord-est.

Les traces sont très bonnes voire excellentes, comme des escaliers taillés dans la neige.

Cette année est cruellement en manque de neige, les crevasses commencent à s’ouvrir et le passage est délicat.

Pendant la traversée sous la Barre des Écrins, un gros rocher se détache de la face et passe juste derrière moi, il ne faut pas traîner, c’est bien dangereux avec cette grosse chaleur (aucun regel à 4000m !).

La rimaye avant la Brèche Lory est même complètement en glace, ce qui rend le passage plus compliqué que prévu. Cette année, la Dôme est plutôt coté PD je dirais, F me semble très juste, la rimaye est en glace vive avec du 40° minimum sur 20m.

Une fois ce passage passé, c’est gagné, plus que quelques mètres puis c’est le sommet.

8h30 nous mettons le pied au sommet du Dôme des Écrins, on est quand même très fatigués après cette série de 10 jours sans repos !

Nous prenons quelques photos puis nous redescendons vite, faut vraiment pas traîner là-dedans !

En plus le temps commence à se charger !

11h30 nous sommes redescendus jusqu’au fond du glacier.

On retrouve les pierriers et les dalles des Écrins, ce n’est pas cela qui nous manquait...

Lucas et Serge qui sont allés récupérer Nathalie arrivent quelques minutes plus tard au pied du glacier.

Quant à nous, nous descendons au refuge du Glacier Blanc où nous les attendrons.

On se restaure un peu puis on dit salut aux collègues qui restent une nuit de plus au refuge du Glacier Blanc et vont tenter un sommet facile le lendemain.

Bon, on ne traîne pas, on doit rentrer à Fréjus juste après.

Ce n’est qu’à 14h30 qu’on atteindra le Pré de Madame Carle.

Impressions personnelles

C’est un sommet marquant même si nous étions fatigués, à faire au moins une fois dans sa vie, c’est mythique ; quand même long le 2ème jour, la traversée sur le glacier est interminable, au moins 3 km de faux-plat montant ! Mais c’est magnifique alors ça passe encore...

Vidéo

Dernière modification : 21 juillet 2017