Grand Pinier ou Pic Brun (3117m) par Freissinières - Lacs Palluel et Faravel

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1700m
Durée :
1 jour

Grande randonnée sportive dans le Parc National des Écrins, passant par deux très beaux lacs et atteignant le sommet emblématique de la magnifique vallée de Freissinières. Situé dans le prolongement de la vallée, il en constitue la toile de fond. Grand classique du ski de randonnée il l'est tout autant en été. – Auteur :

Accès

  • De Guillestre, remonter la N 94 vers le Nord, jusqu’à la hauteur de Saint-Crépin. Prendre à gauche la D 138 qui traverse la Durance. A une bifurcation, prendre la D 38 vers l’ouest en direction de Chanteloube. A une nouvelle bifurcation, prendre à droite la direction de Freissinières et Pallon.
  • De Briançon, descendre la N 94 vers le Sud. On passe devant la gigantesque statue en hommage à Edward Whymper. On traverse l’Argentière-la-Bessée. 6,25 Km après le virage en épingle sous la statue, avant le village de la Roche-de-Rame, prendre à droite, la route qui passe sous la voie de chemin de fer et traverse la Durance. Après le pont, on rencontre une bifurcation. Prendre à gauche, vers le Sud, la D 38 en direction de Freissinières et Pallon.
  • A Pallon, pénétrer dans la Vallée de Freissinières et la remonter jusqu’au parking terminal (piste en terre sur les 500 derniers mètres), dans le Parc National des Ecrins.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carnet de route

  • Carte : IGN TOP25 3437ET
  • Tracé IGN
  • Altitude de départ : 1441m
  • Lac Palluel : 2472m
  • Grand Pinier : 3117m
  • Lac Faravel : 2386m
  • Distance : 17 km
  • Heure de départ : 5h20
  • Lac de Palluel : 7h55
  • Sommet : 9h50
  • Retour : 15h45
  • Dénivellée : 1676m pour le sommet (totale : 1700m)

Dormillouse

Dormillouse est l’un des treize hameaux de la commune de Freissinières. C’est aujourd’hui, l’unique lieu habité de façon permanente de la zone centrale du Parc National des Écrins. Il n’est pas accessible aux automobiles, ce qui est pour beaucoup dans son charme.

  • Lien Wikipédia ICI

Difficulté

Longue randonnée sans véritable difficulté technique. Les sentiers sont très bons et la sente entre le lac Palluel et le sommet est bien stabilisée.

En début de saison, présence de névés sur l’arête ; peu pentus ils facilitent l’ascension.

L’ascension sur deux jours

L’ascension se fait aisément sur une journée pour les randonneurs entraînés. On peut toutefois passer une nuit au "Gîte de l’École" à Dormillouse, à 1728 mètres d’altitude.

Matériel

Piolet.

  • Je ne m’en suis pas servi. Mais en cas de neige dure, il peut être utile. Si l’arête est très enneigée et le temps froid, des crampons peuvent également être utiles.

Balisage

Fléchage aux intersections, jusqu’au lac Palluel et du lac Faravel au parking.

DESCRIPTIF

Du Parking au sommet

Du bout du parking, prendre le "sentier d’été", à gauche, le "sentier d’hiver", franchissant une passerelle à droite.

Peu après le départ, le "sentier d’été", franchit lui aussi une passerelle. On monte dans une forêt de mélèzes.

On laisse à gauche le sentier du col des Terres Blanches. On passe près du hameau de Dormillouse, dont on laisse le sentier à droite. A 1758m, on laisse à droite le sentier du vallon de Chichin et du col de Freissinières.

À 2050m, on arrive à la bifurcation lac de Palluel/lac de Faravel. Prendre la direction du lac de Palluel. On passe sous la cabane de Palluel, une bergerie, alt. 2173m.

Après une belle montée dans de petits vallons, on arrive au magnifique lac de Palluel, alt. 2472m.

Longer la rive gauche du lac et prendre une sente qui va contourner par la droite en montant (donc en rive gauche du vallon) une barre rocheuse.

Atteindre la l’arête entre la Tête du Serre Eyraut et le Grand Pinier et la suivre jusqu’au sommet.

Panorama immense : Viso, Lure, Ventoux, Dévoluy, Grandes Jorasses, Vanoise, Grand Paradis, Mont Pourri, Grande Sassière, Agneaux, Pelvoux, Sans Nom, Ailefroide, Barre des Ecrins, Bans, Jocelme, Sirac, les Rouies, Vieux Chaillol, Pic de Parières...

Du sommet au lac Faravel

Du sommet, redescendre par le même itinéraire jusqu’au lac Palluel.

  • il est bien entendu possible de redescendre directement sur Dormillouse, en reprenant l’itinéraire par la cabane Palluel, sans passer par le lac Faravel. Par beau temps, il serait dommage de ne pas faire le détour (de 2 km) par ce second lac. On monte de 24 mètres, ensuite ce n’est que de la descente.

Du lac, franchir le torrent émissaire et remonter une petite croupe. On trouve un bon sentier qui traverse presque de niveau vers le sud, puis qui descend en deux lacets au bord du lac Faravel, alt. 2386m.

Du lac Faravel au Parking

Avant le torrent émissaire du lac, prendre le sentier qui descend assez raide, vers un plateau, dans des alpages assez dégradés. On rejoint, en bout de plateau, le sentier venant de la Grande Cabane de Faravel. Prendre à gauche, plein nord, le sentier qui ramène à la bifurcation lac de Palluel/lac de Faravel à 2050m d’altitude.

La suite de la descente se fait par le sentier emprunté à la montée, avec un détour possible pour la visite de Dormillouse.

L’ASCENSION

Départ dans la grisaille de l’aube et le fracas des cascades. Le parking au bas de Dormillouse, est en effet à la confluence du torrent de Chichin et de celui des Oules qui franchisent un seuil d’environ 250 mètres. Les cascades sont partout dans cette vallée. L’hiver, les glaciéristes doivent se régaler !

Je serais bien parti plus tôt, pour cette arête est, qui donc reçoit le Soleil très tôt, mais le passage près de la bergerie, me faisait redouter une rencontre nocturne avec les patous de la bergerie. Et en effet ils sont là. Ils viennent m’identifier puis repartent tranquillement, ce qui n’est pas le cas du minuscule chien du berger qui jappe sans discontinuer.

Vers 8h00, je suis devant la première merveille de la journée : le lac Palluel. Une belle pelouse me fait penser que ce serait un un magnifique endroit pour bivouaquer, mais pas ce jour, pas avec les myriades de moucherons et moustiques qui sévissent sur les berges.

Je trouve quand même un endroit un peu abrité, en hauteur, pour faire 1/4h de pause et me restaurer car il reste encore 645 mètres de dénivelée.

Après avoir contourné la barre rocheuse, j’atteins l’arête et le vent est froid. Bientôt, les névés font leur apparition donnant plus de caractère à cette ascension. On peut les éviter, mais je vais au contraire m’en servir pour éviter les cailloux.

Enfin le sommet après 4h30 d’ascension, dont 1/4 de pause. Il est 9h48, il fait presque froid mais le vent du nord est plus calme. L’atmosphère est cristalline. La qualité des sentiers de la sente pour le sommet se ressent dans les horaires d’ascensions.

Le panorama est magnifique. La vallée de Freissinière est en enfilade, magnifiquement boisée. Le Mont Blanc manque à l’appel, mais comme pour l’Obiou, on a les Grandes Jorasses à la place, un versant sud tout blanc. Toute la Vanoise est très blanche de neige fraîche jusqu’aux environ de 2000m d’altitude.

À 11h10, je commence ma descente, lentement, sauf dans les névés que je descends en "ramasse". A 12h20, je fais une nouvelle pause au lac Palluel. Les moucherons et moustiques sont toujours là. Le répulsif, vendu à prix d’or dans une pharmacie se révèle efficace.

Puis je prends le chemin de la seconde merveille de la journée : le lac Faravel. Le sentier traverse une étrange forêt de cairns, plus d’une centaine, sur une grande dalle calcaire horizontale. C’est magnifique mais quelle drôle d’idée de remuer des tonnes de cailloux. Puis j’arrive au-dessus du lac Faravel que je surplombe d’environ 70 mètres.

Le lac est évidemment très beau et la neige qui occupe le couloir du Petit Pinier en recouvre encore l’extrémité. Sur un rocher, je vois un homme avec trois chiens ! Je suis outré ! Les chiens sont interdits dans le Parc des Ecrins et lui, il monte avec toute une meute ! Et puis je reconnais le petit hargneux de la bergerie et je comprends que c’est le berger.

Après une pause vers ce magnifique lac, je reprends ma descente. Les alpages sont très dégradés, pas une fleur et de l’herbe dure que les animaux ne mangent pas.

Plus loin après la jonction avec le sentier venant de la Grande Cabane de Faravel, le parcours redevient très beau avec la vue plongeante sur le hameau de Dormillouse. Je l’ai déjà visité deux fois par le passé et ce jour, je n’irai pas, la randonnée étant déjà bien longue et la semaine ne fait que commencer.

Bientôt je pénètre dans la forêt de mélèzes et le murmure des torrents se mue en un grondement qui devient presque assourdissant, en bas au parking dans cet amphithéâtre de hautes parois qui réverbèrent les sons.

Dernière modification : 16 mai 2018
Tour du Grand Pinier par le Col de Freissinières, le Col du Fond de la Cabane et le Tuba (3008m)

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 25 juillet 2012

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (12).
  • par Le 25 juillet 2012 à 08h51

    Très bon topo. Le Grand Pinier, j’en ai fait le tour, reste maintenant à le gravir. Je l’imaginais plus compliqué.

  • par Le 25 juillet 2012 à 09h02

    31176 mètres ! il faut du courage.
    plus sérieusement, ça a l’air excellent !

  • par Le 25 juillet 2012 à 12h07

    Pour Manu : Whaou ! Et merci de m’avoir signalé cette coquille.
    Philippe : merci de la confirmation pour la campanule.
    Le Farceur : oui moi aussi, j’ai lu quelque part un récit d’ascension à 4 pattes et une descente en crampons + piolet (sans neige). En fait il suffit d’avoir des pneus pas trop lisses. Ascension en à peu près 4h00 (arrêts déduits) pour 1676m de D+ : cela veut dire que sentes et sentiers sont très bons.

  • par Le 25 juillet 2012 à 21h25

    Une très belle rando, un topo complet, un récit sympa, des photos qui donnent vraiment envie ! Encore du bon Alain !

  • par JulienLe 23 août 2012 à 23h03

    Merci beaucoup Alain pour votre topo, je m’en suis servi pour en faire presque l’ascension la semaine dernière, je dis presque car la météo (cumulus menaçants, qui finalement n’ont pas donné la pluie que je craignait) m’a fait renoncer à moins de 100 m de dénivelé du sommet, malheureusement, alors que le plus dur était fait. Mais en montagne, la prudence prévaut toujours ! Et cela ne m’a pas empêché de profiter de cette fabuleuse journée, avec un panorama à couper le souffle aux alentours du sommet, et deux superbes lacs.

    Par contre je suis intrigué : aussi bien sur les cartes topos (certes les miennes commencent à dater) que sur la carte au départ du sentier dans la vallée est mentionné le glacier de Faravel ; on est bien d’accord qu’il a disparu ? Je suis assez surpris que ce glacier soit encore mentionné sur les cartes.

    À bientôt !

  • par trenceneLe 13 janvier 2013 à 16h15

    bonjour,
    je pense faire cette rando cet été.
    Auriez vous le tracé pour mon GPS ?
    Par avance merci. Cordialement.
    j.calmes@hotmail.fr

  • par Le 13 janvier 2013 à 16h50

    Bonjour.
    Pas de tracé GPS. Contrairement à mon habitude, je n’ai même pas pris la peine de faire un croquis sur GoogleEarth. L’itinéraire est si évident. Balisé, panneauté jusqu’au lac Palluel, on ne peut perdre. Après le lac, c’est tout aussi évident. Une belle sente va contourner la barre rocheuse et gagner l’arête.
    Pour ce sommet, on peut laisser la technologie dans le placard.

  • par Le 13 janvier 2013 à 19h22

    Juste pour l’anecdote :
    Il y a déjà quelques années, j’ai fait un bivouac au pied du Lac Favarel.
    Petit rappel pour les Ecrins :
    • Bivouac réglementé : autorisé, entre 19h et 9h, à plus d’une heure de marche à l’intérieur des limites du Parc ou d’accès routier.

    J’ai subit une tempête de grêle, ce fut aussi violent que bref !
    Heureusement, j’avais une tente de type dôme conçue pour la haute montagne.
    De bons souvenirs…mais pas cool au moment où ça vous arrive !

  • par heremeLe 13 janvier 2013 à 21h07

    Tu as raison Alain, pas besoin de quincaillerie pour "faire" le Pinier.
    Je connais bien la vallée et les sommets de Freissinières : pour ceux qui seraient tentés par la randonnée "hors piste" en utilisant les passages des chasseurs de chamois, un livre intéressant, écrit par Honoré Baridon, maire de Freissinières de 1968 à 1978 (que j’ai connu à l’époque), où les itinéraires sont tracés sur un calque en superposition avec une photo.
    Honoré Baridon est par ailleurs propriétaire à Romans (hameau de Dormillouse) de la maison « Le Micalon ».
    Honoré Baridon, Yves Leroy et Pierre Carlier, Sur les traces des bergers et chasseurs de Dormillouse (Freissinières, Hautes-Alpes), 1990.

  • par trenceneLe 14 janvier 2013 à 10h31

    Bonjour Alain,
    merci pour ta réponse. OK c’est compris.J’en profite pour te féliciter pour tes super petits reportage que je consulte systématiquement avant de partir en rando. L’été dernier g fait en solo " la pointe de l’aiglière 3307 m " au dessus de Puy St Vincent 1600. Grosse rando de +1700m dans la journée(en 9h30).Tu connais ? si tu veux des tuyaux tu as mon mail.
    Je ferai le" grand pinier " cet été. Si tu connais quelqu un (une) pour m accompagner car hélas je ne suis plus très jeune (68 ans ) je serai intéressé !
    salut et porte toi bien

  • par Le 14 janvier 2013 à 12h19

    Merci à toi de me lire régulièrement.Mais tu as raté mon topo sur l’Aiglière dont j’ai fait l’ascension le 17 juillet.https://www.altituderando.com/Pointe-de-l-Aigliere-3307m-par-les
    Il y a des photos de petite marmottes dont je suis très fier, même si la chance était avec moi.

  • par trenceneLe 14 janvier 2013 à 19h59

    Bonsoir,
    J’ étais parti de 1600 et G fait l ascension par le pierrier indescriptible au dessus de la " cabane des grands plans ". Je me suis fait peur à 2 reprises et je déconseille donc vivement ce versant Est le plus direct mais infranchissable et le sommital est dans un immonde, instable et monumental pierrier presqu’ à la verticale.
    Sans la possibilité de faire demi-tour.
    Bref tu imagines le tableau..
    A bientôt

  • par Le 14 janvier 2013 à 20h42

    Le commentaire précédent, de "trencene", concerne la Pointe de l’Aiglière par un itinéraire direct et abominable qui n’est pas celui décrit dans le topo. Rassurez-vous, le Gd Pinier est tout à fait sympathique malgré son D+ important.
    Merci du retour d’expérience.

  • par Le 11 décembre 2013 à 22h08

    Merci Alain pour ce super topo. Voilà donc un objectif à atteindre pour notre prochain séjour dans la vallée de Freissinière en juillet prochain.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !