Pic de Parières (3076m) et les lacs de Crupillouse

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1726m
Durée :
1 jour

Très longue randonnée dans le cadre splendide de lacs de haute montagne du parc national des Écrins. Final aérien qui demande de l'attention. S'arrêter aux lacs est déjà une belle sortie. – Auteur :

Accès

Dans le Champsaur, prendre la route de la station de ski d’Orcières-Merlette. Après Pont-du-Fossé, prendre à gauche la vallée du Drac Blanc. L’autre branche, le Drac Noir continuant vers Orcières et Prapic. La route évite le hameau des Baumes et passe vers de gros blocs éboulés. Partir très tôt pour occuper l’un des quelques places du petit parking.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carnet de route

  • Carte : IGN TOP25 3437 OT
  • Tracé IGN
  • Altitude de départ : 1354m
  • Arrivée : 3076m
  • Temps de montée aux lacs : 3h15
  • Temps de montée des lacs au sommet : 2h15
  • Dénivelée Lac Inférieur  : 1300m
  • Dénivelée du lac Inférieur au Pic de Parières  : 426m

Les Lacs de Crupillouse

Du parking vers les rochers éboulés, prendre la direction des Baumes. Après 50m, prendre à droite le chemin indiqué en laissant à gauche le chemin du Val Estrèche.

Suivre alors le seul sentier jusqu’aux lacs de Crupillouse.
Ce sentier au dénivelé important est très bien tracé. La seule difficulté peut se rencontrer sous forme de névés tardifs dans la pente sous la vieille moraine qui retient le lac inférieur

Le Pic de Parières

Contourner le lac inférieur par la gauche et atteindre le plateau des lacs supérieurs. Passer à droite du grand lac occidental et à gauche du lac oriental, plus petit et viser le col droit en face que l’on atteint par des pentes d’éboulis ou des névés.

Au col prendre l’arête Est à gauche par le fil (aérien par endroits, corde utile) où contourner en versant sud les difficultés par des vires et remonter le plus tôt possible sur l’arête que l’on suit jusqu’au sommet (corde inutile mais pied montagnard indispensable).

Retour

Par le même itinéraire.

L’ascension

Je crois bien que j’ai éprouvé l’envie de voir ces lacs, dès mes débuts en montagne. Mais 1300m de dénivellation, pour aller aux lacs ! Pas de refuge !

Ce n’est que bien des années plus tard, les chaussures légères, permettant à la fois une bonne accroche sur les névés et une progression sans avoir l’impression d’avoir une tonne accrochée à chaque pied, que je me lance dans cette ascension.

Le sentier jusqu’aux lacs est merveilleusement tracé. Il permet "d’avaler" les 1300m de D+ presque sans efforts.

Trois heures 1/4 de montée tout de même. Une belle image : perché sur un piton rocheux, un chamois admirait le lever du Soleil. Il est resté un bon moment à observer puis, le Soleil levé, il s’en est allé.

Le Lac inférieur est magnifique avec les reflets métalliques de ses eaux.

Le lac Supérieur, lui, le jour de mon ascension, était magique ! Presque entièrement gelé, entouré de névés, je me serais cru en arctique.

L’ascension jusqu’au Col de Parières, va me prendre du temps. Il est vrai, que le plateau des lacs, il faut le traverser. Ensuite, ce sont des pentes de névés.

L’ascension finale, n’est pas vraiment difficile. Le rocher n’est pas très bon mais c’est relativement raide. La progression demande de l’attention et une bonne concentration.

Enfin au sommet, je me sens seul au monde ! Le panorama sur le la partie centrale du Massif des Ecrins est absolument extraordinaire.

Tout en bas, le Valgaudemar est encore dans l’ombre.

Les randonneurs commencent à arriver aux lacs, silhouettes minuscules mais bien visibles.

Aucun ne viendra rendre une petite visite au Pic de Parières.

Ce que vous auriez pu voir !

Un site aménagé et voué à l’hydroélectricité. Avec du béton, des câbles et des déchets. Les Lacs de Crupillouse auraient pu connaître le même sort que ceux des Sept Laux.

Un (magnifique) sentier a été tracé, une cabane (aujourd’hui en ruine) à été construite pour les ouvriers. Mais la première guerre mondiale a eu pour conséquence d’envoyer le projet aux oubliettes. Et ces purs joyaux que sont les lacs de Crupillouse, ont gardé leur beauté originelle.

Ils sont aujourd’hui, situés en zone centrale du Parc National des Ecrins.

Dernière modification : 16 mai 2018
Lacs de Crupillouse (2656m) et Col du Veyre (2724m)

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 5 décembre 2009

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 5 décembre 2009 à 20h58

    Bienvenue Alain pour ce premier article sur altituderando

  • par Le 6 décembre 2009 à 10h54

    Un très bon souvenir de ce secteur fait en juillet 2003 jusqu’aux lacs au départ des Gondoins en même temps que le Vieux Chaillol

  • par DavidLe 31 août 2010 à 11h54

    Superbe balade bien qu’un peu difficile au sommet ; J’avoue m’être débiné sur l’arête Est et être passé par le versant sud.
    fin aout 2010, plus de neige aux lacs, quelques névés au sommet
    Je suis tombé par hasard sur cette page blog, et c’est ce qui m’a décidé pour le Pic de Parières... Merci aux auteurs pour toutes les explications et topos de randonnées. ça donne des idées.

    David

  • par burletLe 29 juillet 2015 à 12h05

    Merci pour cette explication. Je me trouvais hier avec mon épouse au dernier lac et, ayant vu 2 grimpeurs au sommet et lu votre topo, j’ai vraiment envie d’aller voir ce qu’il en retourne au sommet du Pic de Parières car ça doit être magnifique.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !