La Mortice, sommets Sud (3169m) et Nord (3186m) par les Couniets (Vars) Sortie du 4 août 2014

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Super ascension de la Mortice, très beau sommet au-dessus de Vars avec une vue dégagée aussi bien sur la Font Sante très proche que sur l'Ubaye ou le massif du Chambeyron. Le premier '3000' de ma compagne !

Conditions météo

Le soleil était présent du début vers la fin malgré des nuages un poil menaçants à la descente.

Récit de la sortie

Après une hésitation au matin entre partir sur Ceillac ou partir sur Vars, nous décidons, mon père, ma compagne et moi, d’aller au plus près pour le premier ’3000’ de ma compagne : la Mortice ! Le ciel est sans nuages au départ, que du bonheur. Mais l’arrivée au départ de la rando est déjà une histoire bien drôle en soi, je vous laisse en juger ci-dessous.

Nous arrivons dans la vallée de Vars, ce n’est pas la première fois que mon père et moi faisons ce sommet, et nous savons qu’il faut prendre la route qui part à gauche sur Sainte-Catherine peu avant l’entrée dans Saint-Marcellin mais... il y a un panneau sens interdit maintenant ! Boooon... Nous continuons dans Saint-Marcellin, nous en ressortons, pas de route évidente qui mène à Sainte-Catherine, il doit bien y avoir un moyen pourtant ! Allez, repartons en arrière, et... hop ! Ni vu ni connu, qui a parlé d’un sens interdit ? Mmh ?

Coup de bol, à 8h30 du matin, il n’y a personne en vue sur la route, nous continuons tranquille... jusqu’à voir une voiture arriver en sens inverse, c’est-à-dire dans le bon sens ! Nous la laissons passer, pas fiers, mais ce sont des locaux sympas comme tout qui prennent même la peine de nous remercier ! Oui, oui, nous étions en sens interdit, mais ils nous remercient de les laisser passer... dans le bon sens... Et la même histoire va nous arriver plus tard lorsque nous prenons la piste forestière, qui maintenant n’est plus réservée, en principe, qu’aux agriculteurs, on en rencontre un que nous laissons passer et il nous remercie ! Allez, on va dire que nous sommes un type d’agriculteur, disons, un peu particulier...

Il est 9h15, départ de la rando, depuis le parking au niveau de l’aire de parapente (aucun moyen d’aller plus loin à cause d’une barrière) ! Et c’est manifestement une saison à marmotte, nous ne tardons pas, tout comme cinq jours plus tôt dans le vallon de l’Ascension à la Roche de Rame, et comme ce sera le cas le lendemain près du col Agnel, à en apercevoir un certain nombre. À noter que le sentier au départ ne passe plus au-dessus de la bergerie des Couniets mais en contrebas à gauche pour la contourner (suivre les panneaux), nouveauté sans doute due au berger pour éviter d’être dérangé par les randonneurs, ce qui est tout à fait compréhensible. Le balisage est fait de ronds roses (nouveauté) et de lignes jaunes (comme avant).

Nous arrivons sans problème dans un petit val glaciaire avant d’atteindre la croisée des chemins (2540m) où un autre sentier emmène vers le lac de l’Étoile. Nous sommes dans le gigantesque cirque du vallon Longier et démarrons le sentier en balcon (à 2560m d’altitude environ). Arrivé au col de Sarenne qui démarque la limite avec l’Ubaye, c’est l’affaire de cinq à dix minutes pour atteindre, peu avant 11h, le féérique lac des 9 couleurs dans un écrin de granit rose.

Après une pause contemplation nous repartons et arrivons à une autre croisée des chemins : je décide de partir sur la droite directement dans la barre rocheuse pour monter au sommet via des pas d’escalade et un sentier non balisé mais cairné, pendant que ma compagne et mon père suivent la voie normale. Le passage rocheux est très ludique, il faut un peu de flair par moment pour distinguer la voie car certains cairns se sont affaissés, mais c’est l’affaire de deux pas d’escalade (II+) pour franchir l’éperon et se retrouver au-dessus de la barre, dans un pierrier un poil raide. La marche est alors pénible pendant cinq minutes le temps de retrouver un semblant de sentier où il n’est plus nécessaire de marcher dans de la pierre sablonneuse.

J’arrive bientôt au sommet sud (3169m) vers midi avec une bonne demi-heure d’avance sur ma compagne et mon père. J’ai rejoint en route un groupe d’une dizaine de personnes passées par le même chemin. Je vais faire un tour au sommet nord (3186m) le long de l’arête avant de revenir et attendre ma famille. La vue est fantastique, attirée par la Font Sancte si proche, mais portant au loin sur le Brec et l’aiguille de Chambeyron. Le Viso quant à lui se devine mais guère plus, pris qu’il est dans les nuages (qui a dit « comme d’habitude » ?). Tout près, et dominant d’ailleurs la voie normale, la Pointe Jean Rostand se dresse, si attirante (escalader sa paroi doit être un régal !).

À 12h30 ma compagne et mon père arrivent, c’est l’heure de la pause casse-croûte ! Je ne le sais pas alors, mais Dyn’s est sur le point d’arriver, coïncidence amusante nous avons décidé de faire l’ascension de la Mortice le même jour ! Nous nous sommes donc certainement croisés lorsque ma famille et moi sommes descendus, le monde d’AltitudeRando est petit !

Vient le moment de repartir, cette fois j’emprunte la voie normale pour redescendre, très ludique en ce 4 août puisque très en neige avec d’énormes névés. Ma compagne me raconte qu’à l’aller elle a même vu, avec mon père, des traces de loup ! Malheureusement nous ne retrouvons plus, à la descente, l’endroit de ces traces. Après presque cinq heures de marche et 950m de dénivelé (un rajout par rapport au topo car nous sommes partis d’un poil plus bas), nous voici de retour à la voiture : le baptême des ’3000’ a été un succès pour ma compagne qui a des étoiles plein les yeux ! Une journée encore une fois fantastique comme la montagne sait nous l’offrir.

Dernière modification : 16 août 2014

Photos « La Mortice, sommets Sud (3169m) et Nord (3186m) par les Couniets (Vars) »

Dès le départ, les marmottes sont là ! Départ au-dessus du pré Sebeyran, une belle lumière matinale Nous sommes quasiment seuls pour l'instant, seul un groupe derrière nous, personne devant ! Une très belle ambiance dans ce vallon... Vers l'ouest, dans le creux sous la forêt se trouve Vars Et encore une marmotte ! Vue arrière, les Écrins en toile de fond Le Péouvou de Serenne (2096m), en Ubaye, se dévoile Arrivée dans le petit val glaciaire peu avant le cirque du vallon Laugier Dans le petit val glacaire ; ça fourmille ici aussi de marmottes, plus difficiles à prendre en photo À la croisée des chemins : soit le sentier balcon pour aller au lac des 9 couleurs, soit le sentier du lac de l'Étoile Le col de Serenne en vue : c'est bientôt la fin du sentier balcon Vue arrière sur le vallon Laugier depuis le col de Serenne Zoom sur la vue arrière : les Écrins en toile de fond Sommets du Queyras En direction du lac des 9 couleurs, juste derrière le col au fond Le féérique lac des 9 couleurs ! En direction de la Mortice après le lac... ... mais continuons un instant de profier de la magie du lac ! Ma compagne au lac des 9 couleurs : l'arrière-plan est d'un rose iréel Lac des 9 couleurs (1) Lac des 9 couleurs (2) Lac des 9 couleurs (3) Lac des 9 couleurs (4) Lac des 9 couleurs (5) Pointe 2887 C'est parti dans la variante directe par la barre rocheuse ! Sommet sud de la Mortice vu d'au-dessus de la barre rocheuse Du sommet sud : l'Aiguille de Chambeyron Du sommet sud : pointe Jean Rostand Du sommet sud : brec de Chambeyron Aiguille et Brec de Chambeyron Sommet nord de la Mortice On peut voir des randonneurs sur la voie normale de la Mortice, sur les névés Aiguille de Chambeyron et vallon de Chauvet L'arrivée de la seconde partie du groupe au sommet, via la voie normale ! Lac de l'Étoile juste sous le névé Depuis la voie normale, vue arrière sur le sommet sud de la Mortice Les névés de la voie normale, encore énormes un mois d'août ! Passage dans les névés de la voie normale Un monde très minéral... Sommet sud de la Mortice Pointe 2887 Beaucoup de gentianes sur le chemin Lac des 9 couleurs à la descente