Cheminée du Petit Obiou par le Pré Chevalier

Difficulté
Difficile
Dénivelé
1000m
Durée
1 jour
Voir le tracé de l'itinéraire

Avertissements et Droits d'auteur

Expérimenter la randonnée hors des sentiers battus, c’est donner à ses escapades alpines un parfum d'aventure. Des traces fugitives, quelques gradins escarpés, un petit mur à franchir… et un autre monde se dévoile, plus fort, résolument sauvage, dans une ambiance à couper le souffle.

Accès

  • De Gap ou de Veynes, prendre la direction du Dévoluy. D.937 jusqu’au col du Festre puis St-Disdier. Emprunter la D.537 jusqu’au hameau Les Payas.
  • De Corps par la D.537 ou de Mens par la D.66, prendre la direction du Dévoluy.
    À Pellafol, suivre les Payas.

Dans les deux cas, prendre une petite route sur la D.66a (tourner au calvaire), Une pancarte indique le col des Faïsses et l’Obiou. Au bout de la route, prendre la piste de droite, elle monte au Col de la Samblue puis au parking des Baumes.

Précisions sur la difficulté

Pour montagnards aguerris à la pratique de la montagne en terrain d’aventure.

  • Ce parcours exige une accoutumance aux itinéraires alpins non balisés.
  • Pentes soutenues et franchissement de ressauts (II/III).

À ne pratiquer que par bonnes conditions climatiques. Le casque est obligatoire, la corde et le piolet sont recommandés.

Les infos essentielles

  • Cartographie : TOP25 3337 OT Dévoluy-Obiou-Pic de Bure
  • Point fort : ambiance incomparable
  • Altitude de départ : 1562m
  • Altitude la plus élevée : environ 2464m
  • Distance de la boucle : <10 km
  • Dénivelée cumulée : 1000m
  • Balisage : course sauvage sans aucun balisage. (on trouvera quand même une flèche bleue au pied du dernier couloir).
  • Date de sortie : automne 2017

Itinéraire

Marche d’approche - Pré Chevalier

Du parking, suivre la voie normale de l’Obiou sur un peu plus d’un kilomètre. Quitter le sentier juste avant le Pas du Vallon.

Partir à gauche en s’orientant sud-ouest.
Repérer une petite pointe qui se détache du relief. C’est le sommet 2052m que l’on garde en ligne de mire.

Traverser le dévers qui se présente en restant en dessous des barres rocheuses. L’itinéraire franchit plusieurs ravines creusées par de violents orages.

Pratiquement à l’aplomb de la pointe 2052m, le cheminement s’infléchit au nord-ouest.
La pente qui se raidit vient butter sur un escarpement herbeux/rocheux.
Une fois franchi, le Pré Chevalier est atteint.

  • Ce parcours, plus direct, permet d’éviter la traversée du grand dévers constitué de strates claires (variante).

À l’assaut de la citadelle de pierre.

La beauté incomparable du site, la domination écrasante des parois alentours, la lumière du Dévoluy.
On l’aura compris, c’est maintenant une affaire de minéralité !

Sur le fil de la croupe, remonter ce versant sauvage par une pente soutenue et régulière (nord-ouest). En face, j’admire la grande paroi nord de la Tête des Ombres.

Contourner une barre rocheuse par la droite en franchissant des gradins très redressés (passage délicat). Déboucher sur l’un des lieux les plus fascinants du massif !

Le décor qui s’offre à mes yeux me laisse sans voix.
« ...Le spectacle de ce "dégueuloir" est totalement apocalyptique... l’endroit est impressionnant et ne conviendra qu’à des Dévoluards endurcis... »
Aussi endurci que je puisse être, cet endroit est fichtrement intimidant...

Sur la droite, quitter le petit col dérobé en escaladant un austère ressaut. Celui-ci domine un précipice inquiétant. Atteindre le sommet d’un piton rocheux.
De là, on prend toute la mesure du parcours à venir.

Orgues, campaniles à l’équilibre précaire, murailles criblées de trous, aiguilles acérées... une architecture rocheuse qui évoque les Dolomites.
Véritable spectacle à ciel ouvert où se dressent des cathédrales de pierre, ici plus qu’ailleurs, l’âpre divinité de la roche sauvage favorise la contemplation,

La jonction avec la voie du Pré du Chourum

Eviter le dévers rocailleux qui s’ensuit en lui préférant la crête aérienne. Le recul permet d’appréhender la suite de l’itinéraire. Je devine déjà où se trouve le couloir décrit par Arnaud.... la sortie c’est par là-bas !

En contrebas, repérer le grand dévers qu’il convient de traverser (sur environ 200 mètres) afin d’atteindre le pied du couloir (nord-est).

Le couloir dans le final

Pas de câble à déplorer, aucune altération au défi de la roche. Cette partie des Alpes fait la part belle à la Wilderness... et on s’en réjouit !
« Il faut bien conserver quelques terrains d’aventure épicés...L’Homme-nature a besoin de sa ration d’imprévu. »

La fameuse flèche bleue, au pied du couloir, est le seul repère humain présent sur l’ensemble du parcours.

Itinéraire en commun avec le topo d’Arnaud

Le descriptif  :

Attaquer directement sur la gauche le petit mur (pas de II).
S’ensuit de raides escaliers dévoluards. Continuer à coller à gauche de la paroi.

Un étranglement plus prononcé se présente. Grimper le mur par la droite (pas de III). Remonter les derniers gradins, toujours raides, jusqu’à déboucher sur l’Épaule ou col du Petit Obiou (sic).

Descendre par la voie normale de l’Obiou.

En faire plus :

  • Citations : Pascal Sombardier
Dernière modification : 15 novembre 2017

Photos « Cheminée du Petit Obiou par le Pré Chevalier »

Clarté matinale. Le Mont Rose ? Sublime, l'Obiou façon western ! Le début de la voie. Sous les premières barres. De ressauts en ressauts... Ya plus qu'à ! Les Agards. Déjà de belles ambiances. Le passage clé. Citadelles de pierre. Ambiances à couper le souffle. Très impressionnant. 2 campaniles forment une arche à l'équilibre précaire... magique ! Dans les raides pentes. Ambiance incomparable. Ce que l'on vient de grimper... Impossible de faire entrer la paroi dans l'objectif. Seul au monde ! La grande muraille se profile. Dévers vertigineux. Le couloir est en vue ! Ambiance dans le dévers. Le début du couloir. Ambiance dans le couloir. Quel spectacle ! Au dessus du pas d'escalade. La sortie du couloir. Le Petit Obiou. La sortie à explorer... L'Obiou se dévoile. ça plane pour moi... ouououou ! Les contreforts du roi de pierre.