Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Conditions météo idéales pour l’ascension de ce sommet mythique et température assez haute dans ce secteur pour un mois de juin.
Un vent violent au sommet, la neige un peu molle lors de l’ascension finale, un pont de neige solide pour le passage de la rimaye.

Récit de la sortie

  • Ascension effectuée sur deux jours, comme dans le topo, au départ du "Pré du Madame Carle" au sein d’une cordée de trois solides rando-alpinistes.

Premier jour

Je découvre ce sentier avec émerveillement, notamment la vision de la langue du Glacier Blanc lors de la montée vers le refuge du même nom, puis l’extraordinaire vue sur le triptyque - Pelvoux / Pic "Sans Nom" / Ailefroide - .

Ensuite, c’est l’arrivée sur le Glacier Blanc, et la vision extraordinaire sur la Barre et le Dôme des Écrins, points culminants de la P.A.C.A.

Là, après avoir dépassé la zone de crevasses (inquiétante pour moi !) à l’entrée du Glacier Blanc et à quelques encablures du piton rocheux où est posé le refuge des Écrins, mon chef de cordée nous propose une grande pause afin de parfaire nos connaissances en terme de manipulations de cordes et de réaction à avoir face au danger des crevasses ou des séracs.

Très instructifs, notamment pour demain, et l’ascension du Dôme au départ du refuge des Écrins.

La montée vers le refuge est usante, mais là-haut, je me sens bien, et la pause prise assis sur le banc du refuge avec vue sur l’objectif est impressionnante mais apaisante.

Deuxième jour

Réveillé à 2h45, ça pique les yeux !!! Mais la chaleur moite, intense et désagréable de mon dortoir ne me laisse aucun regret.

Et puis, je me dis : "c’est le jour J", mon premier "4000", alors la motivation est bien là.

Petit déjeuner pris, je suis vite prêt et équipé et avec mes compagnons de cordée, les frontales allumées, on entame prudemment la descente du refuge vers le glacier.

Le cheminement nocturne sur le glacier, avec toutes les loupiotes allumées des cordées nous précédant, est rassurant.

Arrive le début de la rude montée vers l’objectif en même temps que la lumière du jour et le sublime lever du soleil derrière nous.

2h30 de montée plus tard, après deux pauses rapides sur les deux replats du parcours enneigé, on arrive au niveau de la rimaye.

Un pont de neige, beau et d’une apparence solide, paraît avoir été monté de toute pièce par l’homme, pour franchir ce passage délicat.

La nature parfois peut être cruelle, mais là, pour le coup, a été très clémente.

Une courte escalade nous permet de franchir l’obstacle, puis, passé la brèche Lory, au pied de la mythique Barre des Écrins, les 30 derniers mètres de dénivelé pour atteindre le Dôme (objectif légèrement plus modeste, mais plus adapté à mes connaissances en alpinisme) ne sont que joie et fierté.

Il est 7h30, et je suis au sommet du Dôme de neige des Ecrins ! ma montre GPS marque "4015".

MON PREMIER "4000".

Dernière modification : 2 juillet 2015

A propos

Auteur de cette sortie :

Habitant les Bouches-du-Rhône et passionné de randonnée sportive depuis 2009, j'ai commencé logiquement à faire mes "armes" dans les magnifiques calanques de Marseille, puis j'ai étendu à la Provence, les Alpes et maintenant, tout simplement "la montagne", où qu'elle soit !!!

Randonnée réalisée le 26 juin 2015

Publiée le 2 juillet 2015

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (8).
  • par Le 2 juillet 2015 à 11h09

    Bravo pour ton 1er "4000".
    Ton pull orange sur le blanc du glacier "claque" comme une pub !

  • par Le 3 juillet 2015 à 09h59

    Merci Alain ! avec l’ascension de ce sommet entre crevasses et céracs, j’ai eu mon lots d’émotions !

  • par Le 3 juillet 2015 à 14h19

    Bravo Cyril et bienvenue dans l’univers des ’4000’ !

    Pourrais-tu m’en dire plus sur les conditions de ton ascension, notamment en ce qui concerne l’état du glacier et des séracs ? As-tu discuté un peu avec les autres cordées à ce sujet ?

    Je vais dans le secteur dans une quinzaine de jours pour la Barre...

  • par Le 4 juillet 2015 à 09h34

    bravo Cyril ! Quand je vois la tronche du glacier blanc fin juin, je me dis que la saison ne va pas être terrible ;-)

  • par Le 4 juillet 2015 à 10h02

    Oui, Le glacier va encore remonter.
    La photo 3 est intéressante. En 1986 ; on ne passait pas à cet endroit. Le front vertical du glacier barrait le vallon. Il fallait passer par des échelles dans les rochers de droite.

  • par Le 4 juillet 2015 à 12h46

    Ce sera mon premier 4000m également, quand ma fille sera en âge de le faire.

  • par Le 4 juillet 2015 à 13h27

    Un bonheur que tu aies eu cette météo, tes photos m’ont permis de voir à quoi ressemblait la rimaye, la brèche Lory et le reste.
    Je n’ai pas eu cette chance en fin juin 2013.
    L’état du glacier blanc est révélateur de ce début d’été très chaud, rien à voir avec 2013 (on montait au refuge dans la neige jusqu’à l’entrée).
    Te souhaitant d’épingler d’autres beaux sommets !

  • par Le 4 juillet 2015 à 15h46

    Merci Johnny ! content que les photos aient pu te rendre service !

  • par Le 4 juillet 2015 à 17h32

    Pour Julien B : la neige ramollit assez vite quand même, c’est pour celà que le gestionnaire du gîte nous a réveillé à 2h45 !!!! Mais le jour de ma sortie, tout le monde étaient d’accord pour dire que les conditions étaient presque idéales, notamment par rapport au beau pont de neige de la rimaye.

  • par Le 1er août 2015 à 16h05

    Bonjour Cyril ! Je suis en train de commencer à rentrer mes sorties et topos. J’étais donc dans le secteur du 15 au 20 juillet, et les conditions étaient particulièrement difficiles pour les courses de neige. Je n’ai pas fait la Barre, trop dangereux avec des séracs qui chutent tous les jours, le couloir de Barre Noire c’est terminé cette saison (glace noire !), quant à la voie normale c’est suicidaire et les guides n’y vont quasiment plus. Beaucoup de gens se rabattent sur Roche Faurio (course facile), ou alors pour les plus expérimentés vers des courses d’alpinisme rocheux.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !